Un enfant de 7 ans apprend l’EFT et calme lui-même son Déficit d’Attention et Hyper Activité

 

Traduit par Françoise Vaché

Bonjour à tous,

Voici une histoire fascinante, par Helen Bressler, qui devrait retenir l’attention des parents, des enseignants et de tous ceux concernés par le problème du ADHA , une forme d’ Hyperactivité et Déficit d’Attention.

Amicalement, Gary

Par Helen P. Bressler

En tant qu’élève infirmière (adulte), actuellement en stage, je rencontre toutes sortes de gens avec des problèmes de santé de gravité variée. Un jour je me suis trouvée à travailler avec Jane, professionnelle de santé, qui se plaignait d’une forte gêne dans le mollet, je lui proposai donc de lui faire une séance d’EFT. Ma collègue eut immédiatement une diminution sensible de sa douleur au mollet et déclara qu’elle ressentait « un tel bien-être général» qu’elle continuerait à tapoter chez elle (étant à trois mois d’une grossesse, elle avait souffert de grande fatigue et de nausées).

J’ai rencontré à nouveau Jane 3 jours après, au travail, et j’ai écouté l’histoire qu’elle voulait me faire partager avec beaucoup d’enthousiasme. Son fils de 7 ans, Dale, qui souffre de Déficit d’Attention et d’Hyperactivité, a vu sa maman en train de tapoter, et il était curieux de savoir ce qu’elle faisait. Jane avait répondu que cela avait guéri sa douleur à la jambe avant, et lui permettait tout simplement de se sentir bien.

Dale, s’assit en face d’elle, et « copia » la préparation (point de karaté), et les tapotements sur les points du visage, des clavicules et du dessous de bras. Un jour se passa, et le jour suivant, Jane reçut un appel de l’école de son fils. La maîtresse lui expliqua que Dale, qui habituellement ne tenait pas en place, n’écoutait pas et n’arrivait pas à se concentrer, avait été de plus en plus calme, attentif et présent. Elle déclara que Dale était resté assis tranquillement à sa table, et avait tapoté doucement sur certains endroits de son visage, de sa gorge et sous son bras, en revenant chaque fois sur les mêmes points, en boucle. Elle dit aussi que Dale avait recommencé à tapoter plusieurs fois au cours de la journée.

L’attention qu’il portait au cours était « la meilleure qu’elle avait jamais vue » et il avait levé la main pour répondre aux questions, une chose qu’il n’avait jamais faite auparavant. «Qu’est-ce qu’il faisait ? » demanda-t-elle ? « Je voudrais que tous mes élèves sachent faire ça pour qu’ils soient attentifs et se concentrés ».

J’adore cette histoire. Les bienfaits de l’EFT y sont encore et toujours prouvés et l’innocence de l’enfant est telle qu’il accepte tout simplement la technique, sans le scepticisme qu’ont beaucoup adultes. Bien sûr quelle que soit l’opinion que l’on a de la technique les résultats avec l’EFT sont souvent remarquables, mais l’empressement à « vas-y, fais-le», comme Dale l’a fait dans sa classe, est intéressant.

Je me demande si l’empressement de Dale était causé par les changements dont il avait conscience, sa curiosité lorsque sa maman avait tapoté, ou bien quelque autre facteur? L’intérêt de la maîtresse pour la technique est une réaction que j’ai eu l’occasion d’observer à de nombreuses reprises chez des gens impatients d’essayer l’EFT après avoir constaté ses remarquables avantages sur quelqu’un d’autre.

Meilleurs sentiments,
Helen P Bressler
Positive Health – Optimum Potential

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *