Quand les événements de l’enfance («insignifiants») sont les vrais problèmes de fond.

Traduit par Françoise Vaché

Bonjour à tous
Les débutants et les professionnels feraient bien d’étudier soigneusement cet article de John Digby du Royaume-Uni. Il indique clairement les problèmes de fond « cachés » et la façon de les faire ressortir. À un moment donné dans son article John dit: «Encore une fois, elle ne voyait pas comment cet« événement insignifiant » avait une incidence sur ses craintes actuelles en tant que femme de trente-et-quelques années. Je l’ai interrogée sur le papier peint, le tapis, les odeurs, le sons – à ce stade, elle grimaça sensiblement…..  »
Étreintes, Gary
Par John Digby
Récemment, j’ai eu deux patients qui ont eu la même réaction à mes questions sur les problèmes dans leur passé. Les raisons pour lesquelles ils sont venus me voir étaient très différentes, mais les problèmes de fond qui ont déclenché leurs symptômes présentés se cachaient dans leur passé.
Ils étaient tous deux candidats à la rubrique «Lorsque l’EFT ne fonctionne pas», car nous avions regardé des événements importants dans leur passé et tapoté avec peu ou pas d’effet. Comme nous avons utilisé la visualisation pour revivre certains incidents historiques, je remarquai que des «petites choses» ont été ignorées au profit d’événements majeurs.
Mon premier patient avait des problèmes d’engagement en ce sens qu’il tombait amoureux et se mettait à regarder l’avenir avec son partenaire puis sabotait la relation et rompait. Je lui demandai si quelqu’un l’avait blessé d’une certaine façon dans une relation précoce et il dit: «Oui» et se figea un peu. Je lui demandai quand et qui c’était. Il a dit quelque chose comme: «Oh, c’était il y a des siècles. J’avais cinq ans et elle en avait six; c’est beaucoup trop bête pour être que ce soit ça « et il a essayé de revenir sur le problème qu’IL avait pensé être les noyaux. J’interrogeai à nouveau sur la première petite amie et après mon insistance, il a commencé cette petite histoire :
«Je me souviens c’était un jour d’un bel été et nous avions été ensemble durant des mois. Nous étions assis sur le mur du jardin à l’extérieur d’une maison et nous mangions un cornet de crème glacée que nous avions achetés à un marchand ambulant; j’étais si heureux. Nous étions assis, Wendy me regarda et dit: «ton nez sent mauvais et je ne t’aime plus», et elle partit en courant. Ça m’a brisé le cœur!  »
Il était alors tout à fait évident que cette rupture d’enfance avait laissé une énorme charge négative autour de l’événement, si bien que chaque fois que l’homme adulte s’approchait du point d’être « Tellement Heureux », l’enfant de cinq ans intervenait pour briser la relation avant qu’il ne puisse être blessé à nouveau. Ainsi, l’auto sabotage a persisté parce que le patient pensait que le problème de l’enfance était «trop insignifiant» pour affecter son moi adulte.
Quelques Tapping sur « Elle a brisé mon coeur », « nez qui sent mauvais » et « Elle m’a vraiment blessé, mais je suis OK maintenant » et nous avons eu un niveau d’intensité de 0 sur une échelle de 0 à 10. Il est maintenant engagé pour se marier et n’a pas vacillé sur son avenir affectif!
La deuxième était une patiente, que j’ai traitée avec succès pour d’autres problèmes, mais elle avait toujours le sentiment étrange d’une immense insécurité. En la questionnant, encore une fois en utilisant la visualisation de l’événement passé, elle se souvint étant assise dans un coin de sa chambre à coucher à huit ans, serrant ses genoux avec ses bras contre sa poitrine et sanglotant. Elle ne pouvait pas se souvenir pourquoi, elle juste accroupie là et se balançait.
Encore une fois, elle ne voyait pas comment cet événement «insignifiant» avait une incidence sur ses craintes actuelles en tant que femme de trente-et-quelques années. Je la questionnai sur le papier peint, le tapis, les odeurs, les sons – à ce stade, elle grimaça sensiblement.
Elle dit qu’il y avait ce bruit dans la chambre voisine et c’était sa mère et son frère aîné se disputant sur quelque chose qu’il avait fait. Elle ne se souvenait pas de ce qu’il avait fait, mais a déclaré: «C’était probablement ma faute ». En observant ça le visage de la patiente s’ouvrit comme une réalisation. Sa mère et son frère se disputaient souvent sur quelque chose que sa mère avait décidé que son frère avait fait, alors qu’en réalité c’était de sa faute à ELLE et que lui se faisait gronder. Elle réalisa qu’elle avait hébergé la culpabilité pour le châtiment infligé à son frère pour ses péchés et quelques tapotements sur « cette culpabilité de l’enfance » éliminèrent la dernière barrière à la guérison totale

.
Je dirais donc; ne jamais négliger « l’insignifiant ». Pour un enfant, c’était tout sauf insignifiant. Le problème est quand l’adulte regarde en arrière, cela semble insignifiant MAINTENANT! Mais pour la version du plus jeune, c’était dévastateur et c’est cette énergie-là persiste jusqu’à ce qu’elle se dissolve en tapotant.
Amour et Énergie, John Digby Je ne pratique pas seulement EFT – JE LA VIS!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *