Utiliser TappyBear avec les « ados »?

Extrait du livre du Dr Pat Carrington: Un Guide Pour TappyBear
(traduit par Françoise Vaché)

Quand nous avons envie de présenter l’EFT et TappyBear à un petit enfant, l’idée peut apparaître facilement. Les jeunes enfants, après tout, adorent les peluches et sont en plus ouverts aux nouvelles idées et situations . C’est plus compliqué de le présenter TappyBear à un adolescent. On peut imaginer les nombreux regards au plafond et un rejet catégorique. Il est cependant important de se souvenir, qu’il n’est pas essentiel que l’enfant « croit » aux bienfaits du « Tapping » pour en bénéficier quand ils « tapotent » – ou quand vous « tapotez » pour eux. TappyBear, même avec les adolescents, (qui sont encore des enfants), peut souvent faire tomber le mur qu’ils ont construit quand ils souffrent.

Till Schilling, dans la lettre qui suit, déjà en ligne sur le site de Gary Craig, raconte un exemple fascinant de la façon dont TappyBear marche avec les adolescents. Il est vrai que les Schillings utilisent l’EFT comme une source de soin familial depuis des années, mais l’histoire de Till montre que lorsqu’un « ado » se « rebiffe » contre tout ce en quoi il avait confiance et devient violent, la patience et la persévérance (et un peu de TappyBear) peuvent faire changer les choses. Till écrit :

« Il y a quelque temps, je suis allé chercher ma fille (11 ans) à l’école. En montant dans la voiture, elle commença à  monter le ton sur sa colère contre plusieurs mesures disciplinaires. C’était injuste que les enfants qui se comportaient bien payent pour la mauvaise conduite de quelques perturbateurs, etc. Sa réaction était si forte que   tout le monde sur son passage, moi compris, devenaient    victimes de son tsunami de colère. Ce n’était pas son genre,       et ça m’a fait me tenir en retrait et observer.

Je laissais sa colère s’évacuer pendant environ cinq minutes, et je remarquai qu’elle était embarquée dans un vers plus de frustration et ainsi de suite. Auparavant, je dois l’admettre, je l’aurais obligée à se taire. Cette fois-ci, inspiré par un article que j’avais lu sur la résolution paisible de conflits, j’ai simplement attrapé son TappyBear et me suis assis près d’elle sur son lit.

Tout en la regardant, je me suis mis à tapoter sur son Nounours en disant quelques phrases dans ma tête pendant qu’elle continuait à lâcher sa colère. Pour elle, j’ai pensé :

« Même si je suis terriblement agacée, et en colère, je suis       quelqu’un de bien. »

      « Même si je suis terriblement agacée, et en colère, je suis       une fille fantastique. »

      « Même si je suis terriblement agacée, et en colère, je peux      rester calme. »

       Alors qu’elle était encore dans la même colère, elle m’a vu « tapoter » sur le Nounours. C’est alors, qu’elle mit les bouchées doubles – rejetant violement l’EFT et se moquant de l’ensemble de notre travail avec le TappyBear .

Elle affirma que c’était complètement ridicule – qu‘il ne pouvait pas y avoir de soulagement simplement en plantant son doigt sur tout son corps et ainsi de suite. Ce qui peut être le cas avec la colère, on peut commencer à dire des choses extrêmement blessantes.

J’ai pris une profonde respiration et me suis mis à tapoter sur le Nounours pour elle.

      « Même si je suis extrêmement agacée et en colère, je suis  une enfant géniale. »

       « Même si je suis extrêmement agacée et l’EFT me fait     suer, je peux choisir de me calmer. »

       « Même si ça me rend dingue de voir ça, et je ne peux rien y      faire, je peux choisir de réagir différemment ; je peux       choisir d’être calme. »

En général, mon manque de réaction l’aurait fait réagir  encore plus, mais quelque chose d’intéressant s’est passé       après trois minutes de « tapping ». Elle s’est assise près de  moi – épuisée –et comme un ballon qui se dégonfle, elle se mit à tout me raconter sur son véritable agacement. Elle était triste de la leucémie de son amie…la guerre…qu’elle ne comprenait pas la religion…et puis d’autres problèmes trop   long à dire ici. C’était l’explosion intense d’un amalgame émotionnel.

  Ce qui est remarquable c’est qu’à un moment donné pendant qu’elle déversait sa fureur, l’intensité de son niveau de voix s’est littéralement affaissée.

Je dois avouer qu’il m’a fallu lutter pour pouvoir rester calme suffisamment longtemps afin de prendre du recul par rapport à sa colère et me concentrer pour l’éliminer à sa place. Ensuite nous avons discuté et fait des câlins pendant au       moins une heure.

Ce qui est intéressant, c’est que dans des situations similaires auparavant, la colère aurait mené le reste de la journée, causant toutes sortes de ravages dans sa capacité à     faire son travail. Ceci devrait invoquer pour nous, des mesures correctives adaptées, résultant en une surenchère totalement inutile. Non seulement ses devoirs étaient faits à temps, mais j’ai eu droit à de l’aide à la cuisine pour ranger sans besoin de demander. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *