Quand des évènements « insignifiants » de l’enfance sont au cœur du problème

(Traduit par Françoise Vaché)
Les nouveaux comme les professionnels seraient bien inspirés d’étudier attentivement cet article de John Digby du Royaume-uni. Il touche clairement le cœur du problème « dissimulé » et explique comment les faire émerger.
Je vous embrasse, Gary,
Par John Digby

Mon premier patient avait des problèmes d’engagement en ce sens qu’il tombait amoureux et commençait à envisager l’avenir avec sa partenaire seulement pour saboter la relation et rompre. Je lui ai demandé si quelqu’un l’avait blessé d’une façon ou d’une autre dans une première relation et il m’a dit, « Oui » et s’est montré un peu troublé. J’ai demandé quand et qui c’était. Il m’a dit quelque chose comme, « Oh, ça fait une éternité. J’avais cinq ans et elle six.C’est beaucoup trop idiot pour que ce soit ça » et a essayé de revenir aux questions qu’IL avait pensé être au cœur du problème. Je l’ai interrogé à nouveau sur la première petite amie et comme je persistais, il a commencé cette petite histoire :

« Je me souviens c’était une belle journée d’été et nous étions ensemble depuis plusieurs mois. Nous étions assis sur le mur du jardin à l’extérieur d’une maison et nous mangions des cornets de glace que nous avions achetés au marchand ambulant; j’étais tellement heureux. Alors que nous étions assis là, Wendy m’a regardé et a dit « ton nez sent mauvais et je ne t’aime plus » et elle est partie en courant. Ça m’a brisé le cœur ! »

Il était alors tout à fait évident que cette rupture d’enfance avait laissé une énorme charge négative à partir de cet événement, au point que chaque fois que l’homme adulte approchait le point d’être « Tellement Heureux », le petit enfant de cinq ans intervenait pour rompre la relation avant qu’il ne puisse être blessé à nouveau. Ainsi l’auto-sabotage persistait parce que le patient pensait que le problème d’enfance était « trop insignifiant » pour affecter l’adulte qu’il était.

« Tapping » : « Elle m’a brisé le coeur »,  » Ton nez sent mauvais » et « Elle m’a vraiment blessé, mais je suis bien maintenant » et nous sommes arrivés à une intensité de 0 sur une échelle de 0 à 10. Il est maintenant fiancé et va se marier, il n’a aucune hésitation sur son avenir sentimental du tout!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *